Vous êtes dans la catégorie

Journal

Journal Notes, extraits et citations

L’avenir

6 juin 2018

Extrait du poème L’avenir nous met en retard de Saint Denys Garneau :

L’avenir nous met en retard
Demain c’est comme hier on n’y peut pas toucher
On a la vie devant soi comme un boulet lourd
           aux talons
Le vent dans le dos nous écrase le front contre l’air

Profiter du moment présent. Un grand cliché, une grande leçon difficile à mettre en application. Personnellement, je n’y parviens qu’en moment d’extase. Si je ne suis pas en train de vivre une émotion grandiose, je suis en train de regretter le passé ou d’angoisser face aux jours qui viennent.

Je devais avoir 10 ans. Peut-être même pas. J’ai eu envie de jouer avec mes Barbie et je me suis passé la réflexion que j’étais désormais trop grande pour m’adonner à ce genre d’activité. Je n’étais plus une petite fille. J’ai compris alors le sens du mot “nostalgie”. Tant de pression sur les épaules d’une enfant.

C’est quoi, la recette, pour profiter vraiment?

Je pars rouler. Le vent dans le visage, parfois, les pensées foutent le camp.  

Journal

Le barman

7 mai 2018

 

 

Ces derniers temps, y’a qu’ici que j’arrive à écrire. À la maison, le chat, par sa seule présence, couché en boule, m’incite à ne rien foutre, et partout ailleurs quelque chose vient me distraire : le choix douteux de la musique, l’éclairage trop fort, les tables trop collées, le manque de lait dans le latté. Une roche dans le soulier. J’entre idéalement bien avant l’heure de pointe, m’installe au bar et mets ma switch à « bulle ». L’endroit se rempli sans même que je le remarque. Faut dire que j’ai la bulle étanche. Il y a quelque chose de sécurisant à fréquenter régulièrement le même endroit et pourtant ça finit toujours par me rendre inconfortable. Être client régulier vient avec une certaine dose de familiarité j’imagine, avec des privilèges peut-être, même. Je ne parviens jamais à ce stade. Je change d’endroit avant qu’on me reconnaisse. Avant qu’on appréhende ma visite chaque dimanche. Avant qu’on me serve mon café comme je l’aime sans même que j’aie à le commander. Ce serait rassurant, pourtant. Je me mets une pression incroyable.

Je m’épuise. Lire la suite

Journal

Intrusion

9 avril 2018

 

 

À une certaine époque on se pointait chez les gens comme ça, pour leur parler ou les inviter à sortir.

Quelle intrusion.

Quelqu’un vient de sonner. Je suis dans la salle de bain. Heureusement. Cinq secondes plus tôt, on m’aurait probablement repérée à travers la porte vitrée. Même si les lumières sont allumées, on peut me croire dans l’impossibilité d’ouvrir. Sous la douche, par exemple. Par contre, si l’intrus colle son œil à la fenêtre, il verra l’écran de mon ordinateur ouvert et comprendra que je me terre pour éviter le contact. Je reste figée. Je regarde mon propre reflet dans le miroir et me demande si je dois ou non faire signe de vie. Ouvrir la porte. Lire la suite

Journal

Nordique

1 avril 2018

Quand il neige à plein temps, c’est comme du silence qui tombe. – Félix Leclerc

 

 

Si seulement je pouvais avoir le contrôle sur ma propre chaleur corporelle.

L’être humain en terre nordique passe son temps à espérer la montée en flèche du mercure. Il rêve de Sud: partir, vivre, vieillir, mourir dans le Sud. Avoir chaud tout le temps. Selon ma mère, là-bas, dans le Sud, il y aura bientôt deux mois qu’ils n’ont pas reçu une seule goutte de pluie. Je ne l’envie pas mais ce serait mal vu de le dire à haute voix. Lire la suite