Journal

Intrusion

9 avril 2018

 

 

À une certaine époque on se pointait chez les gens comme ça, pour leur parler ou les inviter à sortir.

Quelle intrusion.

Quelqu’un vient de sonner. Je suis dans la salle de bain. Heureusement. Cinq secondes plus tôt, on m’aurait probablement repérée à travers la porte vitrée. Même si les lumières sont allumées, on peut me croire dans l’impossibilité d’ouvrir. Sous la douche, par exemple. Par contre, si l’intrus colle son œil à la fenêtre, il verra l’écran de mon ordinateur ouvert et comprendra que je me terre pour éviter le contact. Je reste figée. Je regarde mon propre reflet dans le miroir et me demande si je dois ou non faire signe de vie. Ouvrir la porte.

Et si c’était le voisin d’en bas ? Il m’a certainement entendue marcher sur sa tête. Il sait bien, que je suis là. Et si j’arrive à entendre la douche du voisin d’en haut, celui d’en bas entend la mienne et sait donc pertinemment qu’en ce moment, je ne suis pas dedans. Est-ce qu’il y a un dégât d’eau ? Est-ce que j’ai commandé quelque chose, dernièrement ? Est-ce que j’attends un colis, est-ce mon anniversaire, ai-je perdu quelque chose, ai-je oublié de payer une contravention, est-ce que quelqu’un a accroché ma voiture ? Est-ce qu’une personne a besoin d’aide ? Un ami ? Combien de paires de chaussures trainent dans l’entrée ? Dans quel état est mon environnement ? Est-ce que mon t-shirt est trop transparent, est-ce qu’ils font encore du porte-à-porte, les témoins de Jéhovah ?

J’incline doucement la tête hors de mon refuge. Aperçois une inconnue descendre l’escalier. Rebrousser chemin. Avec autant de précautions que si elle était un ours polaire, je m’approche et la vois jeter un regard en ma direction avant d’entrer dans sa voiture. Et quitter.

Cette femme ne fait pas du porte-à-porte. Elle s’est déplacée pour venir à ma rencontre.

Elle reviendra.

Misère.

Vous devriez aimer

2 Commentaires

  • Répondre Daniel 20 avril 2018 at 10:47

    Pourquoi sommes nous si coupable de devoir être toujours disponible. Que soit par le #@!%#$%#? téléphone cellulaire qui nous suit à la toilette, sous la douche, pendant la route ou même dans un souper entre amis. Que ta porte et/ou ton esprit soit fermé le temps d’un instant ne fait pas de toi une personne insensible ou inaccessible. L’espace d’une semaine, que nous avons d’ailleurs en commun m’a permis de comprendre que je pouvais et et je devais prendre du temps pour moi, Je comprends tellement ton désir de juste pas répondre parce que ca ne te tente pas, mais je comprends aussi (enfin) j’essai de faire comme toi et de me culpabiliser un peu pour être socialement normal. Cette envie de me retrouver qui est devenue une épreuve de chaque jour depuis mon retour d’Haïti. Bisous Cargo xx

    • Répondre Caroline Dubois 21 avril 2018 at 9:40

      Le #$&%*&$ de cellulaire. C’est vrai qu’on aurait le goût de le pitcher par la fenêtre des fois hein? Allo Dan. xx

    Laissez un commentaire